Un ex-Bianconeri en jaune et bleu

21-10-2016

© SC Langenthal

Vainqueur du EHC Brandis au 1er tour, le SC Langenthal accueille le HC Lugano le 25 octobre au Schoren dans le cadre des 8es de finale de la Coupe de Suisse. Une bonne occasion de discuter avec le directeur sportif du club bernois, Noël Guyaz, qui a joué durant quatre ans à la Resega, entre 2002 et 2006.

Noël Guyaz, vous avez remporté les deux derniers titres du HC Lugano, en 2002/03 et 2005/06. Quels souvenirs gardez-vous de ces moments particuliers?
Ces deux titres avec le HC Lugano ont été des moments forts dans ma carrière. Personne ne nous a fait de cadeaux. Lors de la première finale, nous étions menés 2-0 et, trois ans plus tard, nous avons remporté notre quart de finale face au HC Ambri-Piotta après avoir été menés 3-0. Nous étions un groupe très soudé, sur et hors de la glace, c’est sûrement ce qui explique que nous ayons réussi à retourner des situations délicates à notre avantage pour finir par triompher. 

Vous êtes depuis trois ans le directeur sportif du SC Langenthal. Sur quels aspects avez-vous mis l’accent dans votre travail?
Nous avons optimisé pas mal de choses dans la patinoire du Schoren, où des travaux ont été réalisés. Au niveau du staff, nous avons également fait un pas en avant avec l’engagement d’un physiothérapeute à 100%. De nombreuses choses ont également changé dans le domaine hors glace. D’un point de vue sportif, nous voulons développer un hockey rapide et attractif tout en nous basant sur une défense solide. 

Il y a eu quelques changements importants au sein de l’équipe, comme par exemple le retrait de l’expérimenté Marc Eichmann. Cela ne doit pas être facile pour son successeur Marco Mathys de marcher sur les pas de celui qui était probablement le meilleur gardien de NLB. 
Il a déjà pu acquérir de l’expérience la saison dernière. Cette saison est sa première en tant que titulaire, c’est un changement et en même temps un grand défi pour lui. Dans l’ensemble, nous sommes satisfaits du début de saison. L’équipe est encore dans un processus de découverte et possède certainement du potentiel d’amélioration. 

Vos avez des supporters fidèles qui se déplacent nombreux à chacun de vos matches à domicile. Peut-être s’attendre à jouer ce match de Coupe dans une patinoire pleine?
C’est vrai, nous pouvons compter sur nos fans. La saison dernière, nous avions déjà hérité d’un adversaire attractif avec le SC Berne et nous avions pu humer le parfum de la sensation. Nous n’avons par contre jamais rencontré le HC Lugano. C’est un adversaire nouveau pour nous et cela rend l’affiche intéressante pour les fans. Nous savons parfaitement que cela difficile pour nous, que nous sommes clairement l’outsider dans cette confrontation. Lugano possède une équipe forte et attractive formée autour de plusieurs internationaux et de ses joueurs étrangers. Mais sur un match tout est toujours possible. 

Quelle sera votre préparation pour ce match? On imagine que vous allez utiliser les images de télévision pour étudier le jeu de votre adversaire.
Bien sûr, cela fait partie de la préparation d’un match. Notre entraîneur a suivi sur place les deux matches des Luganais dans le derby face au HC Ambri-Piotta et lors du match à domicile face au HC Bienne. Il a pris les notes qui s’imposaient. Mais dans les prochains jours nous serons surtout focalisés sur notre propre équipe, le match de Coupe ne sera au centre de nos préoccupations qu’à partir du dimanche 23 octobre. 

Ce match sera aussi spécial pour vous sur le plan personnel puisque vous allez accueillir au Schoren des joueurs avec qui vous êtes devenu champion. 
Absolument. Dans l’effectif actuel se trouvent encore quatre joueurs de l’époque du dernier titre: Ryan Gardner, Raffaele Sannitz, Julien Vauclair et Sébastien Reuille, avec qui j’ai aussi joué à Rapperswil. De plus je connais aussi Alessio Bertaggia, puisque j’ai évolué avec son père Sandro à Lugano. 

On peut donc dire que vous vous réjouissez pleinement de vivre une véritable fête du hockey le 25 octobre prochain?
Tout à fait. Je suis certain que nos fans ne passeront pas à côté de cette friandise et que nous jouerons comme la saison dernière contre le SCB dans une patinoire pleine (4500 spectateurs). 

De Maurizio Urech