Steve Kellenberger: «Je m’attends à une rude bataille à Bienne»

17-11-2015

Issu du mouvement juniors des Kloten Flyers, Steve Kellenberger s’était expatrié à Bienne en 2012 avant de revenir deux ans plus tard chez les Aviteurs. L’attaquant fera son retour dans le Seeland le 24 novembre à l’occasion du quart de finale de la Coupe de Suisse.

Steve Kellenberger, quel bilan tirez-vous des deux saisons que vous avez passées au HC Bienne?
Un bilan très positif. A Bienne, j’ai pu me développer en obtenant davantage de temps de glace que j’en avais à l’époque à Kloten. J’y avais des responsabilités en étant notamment aligné en supériorité et en infériorité numérique. A Kloten, avant de partir, je devais constamment lutter pour une place dans l’alignement avec très peu de temps de jeu à la clef. A Bienne, j’ai fait un pas en avant.   

Comment était-ce de travailler avec un entraîneur «spécial» comme Kevin Schläpfer?

Kevin n’a pas peur d’accorder sa confiance à de jeunes joueurs, comme moi à l’époque. On doit naturellement saisir cette chance, car son crédit n’est pas infini. On peut passer de bons moment avec lui, mais bien évidemment pendant les entraînements et les matches il demande à tout le monde d’être concentré et sérieux.  

Comment se passe la présente saison avec Kloten?
Mon bilan personnel se rapproche de celui de l’équipe: sûrement pas mauvais mais avec un potentiel d’amélioration. Nous avons connu un mauvais début de saison avant de nous reprendre et de signer quatre victoires en cinq matches. Malheureusement il s’en est suivie une nouvelle série de trois défaites consécutives, avec notamment une défaite évitable à Lausanne. Nous devons encore nous améliorer dans les situations spéciales, surtout en box-play, et cela me concerne aussi directement.

Comment expliquez-vous l’inconstance affichée par les Kloten Flyers cette saison? Les nombreux blessés permettent-ils de l’expliquer?
Non, les nombreux blessés ne doivent pas être une excuse. On a vu que d’autres équipes qui avaient autant de blessés que nous, comme le HC Davos ou les ZSC Lions, ont pu compenser ces absences avec de jeunes joueurs. Ce que nous pouvons retenir de nos 20 premiers matches, c’est que nous devons mieux compenser les absences des blessés et ne pas quitter notre plan de marche. Comme déjà dis, nous avons un grand potentiel d’amélioration dans les situations spéciales.

Vous avez déjà joué à la mi-octobre dans la Tissot Arena. Quelle a été votre première impression?

Elle était très positive: c’est une patinoire moderne et très belle qui constitue certainement une motivation supplémentaire pour les joueurs du HC Bienne.

Certaines équipes surprennent en Coupe, d’autres déçoivent. Vous qui avez atteint la finale l’année dernière, que pensez-vous de cette compétition?

Je pense qu’aucune des deux équipes ne prendra ce match et cette compétition à la légère. Je connais Kevin Schläpfer et je sais qu’il veut gagner un titre avec Bienne. On a pu voir qu’il prenait la Coupe au sérieux notamment au 1ère tour face à Wiki-Münsingen lorsqu’il a aligné trois étrangers. En remportant six matches, il est possible de gagner la Coupe de Suisse. Nous donnerons tout à Bienne le 24 novembre et nous nous attendons à une rude bataille.