Pius Suter: «Nous sommes „chauds“ pour cette finale»

02-02-2016

Avec 12 buts et 9 assists à son compteur en 39 matches depuis le début du championnat, Pius Suter brille de mille feux pour sa première saison en NLA. L’attaquant de 19 ans aura l’occasion d’inscrire une première ligne à son palmarès ce mercredi 3 février lors de la finale de la Coupe de Suisse. Il nous parle dans cet interview de son expérience en Amérique du Nord et de son retour en Suisse en tant que professionnel.

Pius Suter, vous avez décidé de quitter la Suisse alors que vous étiez âgé d’à peine 16 ans pour rejoindre l’équipe de OHL du Guelph Storm en Amérique du Nord. Aviez-vous pris cette décision seul à l’époque ou avec l’aide de votre famille?
C’était ma décision et ma famille m’a soutenu dans mon choix. Je voulais faire de nouvelles expériences et ce départ au Canada m’en offrait la possibilité.

Le changement en valait-il la peine?
Absolument. J’ai beaucoup appris là-bas, pas seulement sur la glace mais également à côté. J’y ai pris beaucoup de plaisir et y ai découvert beaucoup de nouvelles choses. Nous jouions devant 4500 spectateurs en moyenne et l’intérêt médiatique était énorme. C’était un monde différent en comparaison avec celui du hockey juniors en Suisse.

Vous êtes ensuite revenu au sein de l’organisation des GCK/ZSC Lions. Comment avez-vous été accueilli?
Très bien. Le fait qu’il y ait beaucoup de jeunes dans l’équipe a facilité mon processus d’intégration. De plus, j’avais déjà joué dans les équipes nationales juniors avec quelques-uns de mes coéquipiers, comme Denis Malgin par exemple. Tout s’est vraiment très bien passé de ce côté-là.

Beaucoup de monde a été surpris que vous parveniez à décrocher tout de suite une place de titulaire dans une équipe de pointe comme les ZSC Lions. Quelles en sont selon vous les raisons?
Il y en a plusieurs. Mes performances lors des entraînements, où j’ai essayé de me profiler, l’expliquent certainement. J’ai obtenu ma chance lors des matches de préparation et j’ai ensuite connu un bon début de saison. Marc Crawford n’a pas peur de donner beaucoup de responsabilités et de temps de jeu aux jeunes joueurs. J’ai su saisir ma chance mais mon développement n’est de loin pas encore terminé.

Lors de votre retour en Suisse vous avez également découvert une nouvelle compétition, en l’occurrence la Coupe de Suisse. Quel est votre avis à son sujet?
Je trouve que la Coupe est très intéressante, particulièrement lors des premiers tours. Nous avons pris de beaucoup de plaisir à jouer à Coire par exemple, où l’ambiance était à la fête dans et autour de la patinoire. Je suis persuadé que la Coupe parviendra à s’établir dans le calendrier et à prendre de plus en plus d’importance au fil des années. Cette compétition a tout son sens.

Votre première présence en Coupe de Suisse est une réussite pour vous puisque vous vous êtes qualifiés pour la finale avec les ZSC Lions. Face au LHC - à l’extérieur puisque le Hallenstadion est déjà occupé - doit-on s’attendre à un match similaire aux précédents de cette saison qui ont tous été très serrés?
Bien sûr, c’est dommage de ne pas pouvoir jouer devant notre public, mais nous voulons malgré tout saisir notre chance et gagner ce trophée. Je m’attends à une patinoire pleine à Lausanne, où les fans sont toujours chauds et soutiennent bruyamment leur équipe. L’équipe de Heinz Ehlers a un système de jeu clair et n’est pas un adversaire agréable à affronter. Pendant 60 minutes ou plus on ne nous offrira rien, mais nous sommes prêts à relever ce défi et «chauds» pour cette finale.

En juin se déroulera le traditionnel repêchage de la NHL, où vous avez de bonnes chances d’être sélectionné par une organisation nord-américaine. Y avez-vous une équipe préférée?
Non, je n’ai pas d’équipe préférée en NHL. Pour le moment, la draft est quelque chose d’encore lointain. Bien sûr, la NHL est un rêve pour moi, mais actuellement je me concentre sur ma saison avec les ZSC Lions. Mon objectif est de conserver ma place de titulaire et d’avoir un rôle encore plus important dans le futur. 

De Maurizio Urech