Miracles, déconfitures et émotions

07-03-2016

Si le principal point fort de l’édition 2014/15 de la Coupe de Suisse avait été l’intense demi-finale entre le CP Berne et les ZSC Lions, force est de constater que l’édition qui vient de s’achever a été encore plus riche en rebondissements et en émotions. Retour sur quelques moments forts.

Le miracle de Dübendorf
Le premier tour de la compétition proposait une affiche inédite entre le EHC Dübendorf, pensionnaire de 1ère ligue, et le champion de Suisse en titre, le HC Davos. Les parieurs du monde entier le savent bien: miser sur le favori, lorsque l’écart entre les deux équipes est si grand, ne rapporte pas grand chose. Pourtant, mettre une pièce sur un match nul après 60 minutes permet déjà de récolter un joli pactole, sans parler des audacieux qui osent parier sur une victoire du petit poucet. Pas sûr toutefois qu’ils aient été nombreux à le faire dans le cas présent...

Dès le début du match, l’outsider a joué sans complexe et est reparti à la première pause avec un avantage d’un but (2-1), ceci grâce à deux réussites marquées tôt dans la partie et en fin de premiers tiers. La réaction des Grisons ne s’est pas faite attendre durant le tiers intermédiaire, puisque Jörg et Aeschlimann inversaient la tendance en moins de cinq minutes. Mais David répondait du tac au tac et égalisait à 3-3, avant qu’Aeschlimann ne redonne l’avantage à ses couleurs grâce à son deuxième but de la soirée.

Le champion de Suisse en titre paraissait alors avoir la situation bien sous contrôle, même s’il ne parvenait pas à prendre le large malgré deux phases de supériorité numérique. Puis il concéda une pénalité pour un changement incorrect et, avec l’appui d’un public gonflé à bloc, Dübendorf pu inscrire le 4-4 à la 57e minute. On prit alors la direction des prolongations.

C’est alors que l’impensable se produisit. Reichart inscrivit le but décisif pour son équipe à la 63e minute et envoyait le pensionnaire de 1ère ligue en huitièmes de finale. La vénérable patinoire du Chreis était en ébullition. Les titres de presse, le lendemain, faisait à juste titre mention du «Miracle de Dübendorf». 

 

Déconfiture, panne et malchance: 1er épisode
Giovanni Morini n’est pas près d’oublier le match des huitièmes de finale entre le HC Lugano et les Rapperswil-Jona Lakers, fraîchement relégués en NLB. Grâce à ses bonnes performances la saison précédente avec les juniors-élites du club tessinois, le jeune attaquant a réussi à se faire une place dans l’effectif du HC Lugano. Mais son deuxième match de Coupe de Suisse ne s’est pas vraiment passé comme prévu.

Entre les deux équipes, le score est de 1-1 après 40 minutes. Le sort du match est plus incertain que jamais. En power-play, Kuonen donne l’avantage aux Lakers. Peu de temps après, à la 46e minute, une pénalité différée est signalée contre les St-Gallois et le gardien luganais Stefan Müller quitte sa cage pour laisser place à un sixième joueur de champ. Morini récupère alors la rondelle et tente une passe en retrait à un défenseur. Mais celui-ci n’est pas au bon endroit et le puck, via un rebond contre la bande, finit dans son propre but. C’est 3-1 et la fin des espoirs pour Lugano.

Morini pourra toutefois se consoler en constatant que ce genre de mésaventure est arrivé dans le passé aux meilleurs, à l’instar de la superstar de la NHL Patrick Kane. Supposons qu’il s’agisse là d’un bon présage pour la carrière du jeune attaquant.

 

Déconfiture, panne et malchance: 2e épisode
Deux jours près l’épisode relaté ci-dessus se tient le tirage au sort des quarts de finale. La première équipe tirée n’est autre que le HC Fribourg-Gottéron, qui se voit offrir une affiche alléchante face au CP Berne. Seulement voilà: la formation fribourgeoise s’est inclinée 2-1 la veille face au Lausanne HC et est donc éliminée.

Pourtant, ni la modératrice, ni «Monsieur Coupe» Willi Vögtlin ni le notaire ne remarquent l’erreur et le tirage au sort se poursuit normalement. Ce n’est que tout à la fin, lorsque les ZSC Lions sont tirés au sort à la place du HC Viège, que les personnes impliquées remarquent l’erreur. Le tirage au sort doit donc être reporté et répété, ce qui sera fait une heure plus tard. «J’ai inséré le mauvais billet hier, j’en suis désolé», s’excusera Willi Vögtlin.

Ce faux-pas a toutefois été pris avec beaucoup d’humour, à l’image du CEO du CP Berne Marc Lüthi qui a posté sur Twitter une image du tirage au sort avec le logo du Real Madrid. La Swiss Ice Hocley Federation a également choisi l’humour sur les réseaux sociaux pour réagir au plus légendaire des tirages au sort de son histoire.

 

Une première sur les patinoires helvétiques
Le quart de finale entre le HC Viège et le CP Berne a été l’occasion d’une expérience unique pour le hockey suisse. Pour la première fois, des capteurs ont été placés sur un arbitre (Kurmann) et plusieurs joueurs (Wollgast, Altorfer, Alihodzic et Schmutz côté viégeois et Blum et A. Berger côté bernois) afin de mesurer divers paramètres tels la fréquence cardiaque, la dépense énergétique ou encore le nombre de sprints.

Le match en lui-même s’est terminé aux tirs au but. Malheureusement, aucun joueur équipé de capteurs n’a pris part à ladite séance, si bien qu’il a été impossible de savoir à quelle vitesse bat le cœur d’un joueur dans une telle situation.

Quoi qu’il en soit, les huit premiers tireurs ont échoué dans leur tentative, parmi lesquels des stars du SCB comme Roy, Conacher ou Bergenheim. En neuvième position s’est élancé Luca Hischier, le junior formé à la Litternahalle et qui porte aujourd’hui le maillot du club bernois. Le jeune attaquant a su faire preuve de sang-froid pour transformer sa tentative et pousser son club formateur hors de la compétition.

C’est désormais une certitude: les supporters peuvent se réjouir de vivre une nouvelle édition remplie d’émotions et de drames à partir du mois de septembre. La Coupe de Suisse est bien vivante!

 

De Maurizio Urech