Martin Plüss et la rivalité avec les ZSC Lions

25-12-2015

Martin Plüss n’avait même pas 20 ans lorsqu’il a remporté ses deux premiers titres de champion de Suisse avec Kloten. L’attaquant a porté durant dix ans le maillot des Aviateurs et est bien placé pour évoquer la rivalité avec les ZSC Lions, club qu’il affronte en demi-finale de la Coupe de Suisse avec le CP Berne.

Martin Plüss, à quel genre de rencontre doivent s’attendre les spectateurs pour ce duel entre le CP Berne et les ZSC Lions?
Lors de la demi-finale de la saison dernière, qui s’était jouée à la dernière minute sur un but de Ryan Gardner consécutif à une pénalité controversée, on a pu voir que les deux équipes voulaient absolument atteindre la finale. Il n’y a pas de raison que le match de cette année ne soit pas serré. Les ZSC Lions voudront certainement prendre leur revanche après leur défaite de l’année dernière.

Les matches face aux ZSC Lions représentent-ils toujours quelque chose de particulier pour vous en tant qu’ancien joueur de Kloten?
Je pense que la rivalité s’est un peu estompée au fil des années. Les derbies étaient spécialement particuliers avant la fusion entre les ZSC Lions et les GCK Lions. Depuis, c’est devenu un peu différent.

Le CP Berne se trouve pour la deuxième année consécutive en demi-finale de la Coupe de Suisse. Est-ce à dire que vous possédez une équipe taillée pour cette compétition?
Je ne dirais pas ça comme ça, car cela voudra dire que nous sommes moins bons en championnat. C’est peut-être vrai cette saison, mais la saison dernière nous jouions aux avant-postes en championnat. En revanche, il est vrai que la Coupe de Suisse est une priorité pour le club. L’année dernière, cela s’est joué à un but et il ne faut pas oublier qu’il y a un titre à la clef.

Quel est votre avis personnel sur la réintroduction de la Coupe de Suisse?
Il faut laisser du temps pour que cela se développe. Pour les grands clubs, les premiers tours ne sont pas évidents, car ils ont tous à perdre et risquent de perdre des joueurs sur blessure. Mais pour les clubs de 1ère ligue, c’est quelque chose de fantastique de pouvoir accueillir des clubs de NLA. Je trouve aussi bien qu’il y ait des primes en jeu, car cela montre qu’il s’agit de quelque chose de sérieux. La Coupe de Suisse va sûrement se développer ces prochaines années. J’émets en tout cas un avis positif au sujet de cette compétition.

Comme déjà mentionné, le CP Berne connaît des difficultés cette saison en championnat puisque vous n’arrivez pas à quitter la zone dangereuse malgré le changement d’entraîneur. Quelles en sont les raisons?
Le championnat est très équilibré, si bien qu’il est difficile de gagner plusieurs matches d’affilé. Il nous manque la constance nécessaire pour y parvenir. Nous connaissons certes de bonnes phases, mais nous ne parvenons pas à concrétiser nos chances. La bataille autour de la barre sera rude jusqu’au bout pour toutes les équipes concernées. Les nombreux blessés sont certainement aussi un facteur explicatif. Mais il ne faut pas oublier que le championnat n’est pas un sprint, mais un marathon.

Maurizio Urech