Luca Hischier: «Il y a eu l’un ou l’autre quolibets»

04-01-2016

Formé au HC Viège, Luca Hischier a rejoint le CP Berne durant ses années chez les juniors. Définitivement intégré à la première équipe du club bernois depuis cette saison après y avoir joué quatre matches en 2013/14, l’attaquant de 20 ans s’est fait l’auteur du but victorieux face à son club formateur lors du quart de finale de la Coupe de Suisse. Cela n’a pas manqué de faire parler dans le Haut-Valais.

Luca Hischier, vous fêtes pleinement partie du cadre du CP Berne depuis cette saison. Comment s’est passée votre intégration?
J’ai pu profiter du fait qu’il y ait eu plusieurs blessés en début de saison pour avoir la chance de jouer. J’essaie toujours de donner le meilleur de moi-même à l’entraînement. Lorsque les blessés sont revenus au jeu, je me suis retrouvé surnuméraire. Mais du moment où l’entraîneur te convoques, tu essaies simplement de le convaincre en réalisant les meilleures performances possibles.

Le CP Berne se trouve actuellement à la 7ème place du classement avec seulement un point d’avance sur le HC Ambri-Piotta, 9ème et qui compte deux matches en moins. Comment vivez-vous la situation actuelle?
On ne doit pas trop se prendre la tête avec ça. L’objectif est désormais de gagner chaque match. Nous savons que nous avons perdu des points bêtement contre des équipes que nous aurions dû battre, comme par exemple Ambri-Piotta ou Lausanne à la maison. Mais nous avons aussi battu Zoug à l’extérieur par exemple. Nous devons désormais tout donner à chaque match pour nous éloigner le plus rapidement possible de cette barre.

Qu’est-ce que le remplacement de Guy Boucher par Lars Leuenberger au poste d’entraîneur a eu comme répercussion sur votre jeu?
Le système de Lars est certainement moins contraignant, ce que certains joueurs apprécient. Il est clair qu’on ne doit pas concéder de revirement ou perdre des pucks bêtement, cela n’a pas changé, mais dans les arrondies on peut essayer davantage de choses.

Il reste 16 matches à jouer en championnat. Quels sont les objectifs du CP Berne pour le reste de la saison régulière?
Notre objectif principal est bien sûr de nous éloigner de la barre en livrant de bonnes performances. Nous devons atteindre les play-off, cela ne souffre aucune discussion. Après, en play-off, tout est à nouveau ouvert. Mais nous ne devons pas regarder trop loin pour l’instant et juste essayer de nous améliorer match après match.

On se souvient que vous avez transformé de manière brillante le tir au but décisif lors de la victoire en quart de finale face à Viège, votre club formateur. Comment ont réagi votre famille et vos amis valaisans?
C’était très spécial. Il y a bien sûr eu l’un ou l’autre quolibets, mais ma famille et mes proches, même s’ils sont aussi fans de Viège, étaient heureux pour l’équipe. Dans l’ensemble ils se sont surtout réjouis pour moi.

Le 6 janvier à la PostFinance-Arena aura lieu, comme l’année passée, une demi-finale entre le CP Berne et les ZSC Lions. Si votre équipe s’étaient imposée 2-1 il y a un an, elle possède cette année 17 points de moins au classement que votre adversaire zurichois. Quelles sont vos chances dans cette demi-finale?
C’est du 50-50, forcément. Nous partons sur un pied d’égalité. Nous avons pu éliminer Zoug en huitième de finale, qui évolue également dans le haut du classement. Nous allons essayer de profiter de l’avantage de jouer à la maison, en espérant bénéficier d’un bon soutien des fans pour parvenir à nous qualifier à nouveau pour la finale.

 

Si le CP Berne se qualifie pour la finale, qui préféreriez-vous y affronter: le Lausanne HC ou les Kloten Flyers, comme l’année dernière?
Cela ne joue aucun rôle. L’important est maintenant de battre Zurich, puis de prendre ce qui vient. Nous essayons toujours de gagner, quel que soit le nom de l’adversaire.

De Roman Badertscher