Damien Brunner: «Je me réjouis de retourner à Winterthour»

24-09-2015

Néo-promu en NLB, le EHC Winterthur recevra le HC Lugano dans le cadre du premier tour de la Coupe de Suisse, le 30 septembre. Dans le riche effectif tessinois figure un joueur qui a déjà porté le maillot des Lions dans le passé, en l’occurrence Damien Brunner. L’international y avait disputé 16 matches en 2005/06 alors que le club zurichois militait en 1ère ligue.

Après son passage à Winterthour, Damien Brunner avait décroché le titre de champion de Suisse avec les juniors Elite A des Kloten Flyers.  Plusieurs de ses coéquipiers de l’époque avec les Aviateurs ont comme lui été sélectionnés en équipe de Suisse par la suite: Juraj Simek, Robin Grossmann, Simon Bodenmann, Reto Suri, Larri Leeger et les deux gardiens Lukas Flüeler et Robert Mayer.

De retour en Suisse depuis décembre dernier après son expérience en Amérique du Nord, Damien Brunner livre ses impressions avant ce premier tour de la Coupe de Suisse face à son ancienne équipe.

Damien Brunner, il y 10 ans vous aviez disputé quelques matches avec Winterthour alors que jouiez habituellement avec les juniors Elite A des Kloten Flyers. Comment se présentait la situation à l’époque?
J’avais contracté une commotion cérébrale et à mon retour, j’ai disputé les play-off avec Winterthour. Après notre élimination, j’ai rejoint les Elite A de Kloten en demi-finale, puis nous avons remporté le titre. J’ai donc joué cette saison-là aussi bien chez les juniors que chez les adultes.

Cela devait être spécial de jouer en 1ère ligue en tant que junior, non?
C’était une belle expérience. Winterthour venait d’emménager dans sa nouvelle patinoire et c’était la meilleure adresse en 1ère ligue. J’avais pu jouer pour la première fois contre des adultes et j’en avais beaucoup profité. C’était idéal pour mon développement.

Sera-ce la première fois que vous retournerez jouer à Winterthour?
Non, j’y ai déjà rejoué avec l’équipe de Suisse. J’en garde de bons souvenirs et je me réjouis d’y retourner. Personnellement, je trouve que la réintroduction de la Coupe de Suisse est une très bonne chose. Nous prenons cette compétition au sérieux. Il y a un trophée à gagner et je suis convaincu qu’avec le temps, celui-ci prendra de la valeur et que la Coupe de Suisse deviendra une tradition.

Parlons un peu de la préparation d’avant-saison, qui a été très intense et au cours de laquelle votre équipe a suivi des pratiques destinées à améliorer le patinage. Etait-ce quelque chose de nouveau pour vous?
Non, ce n’était rien de nouveau pour moi. L’important, lorsque l’on retourne sur la glace, est d’y aller progressivement sans brûler les étapes. Pour les adducteurs et les hanches, il est important de ne pas trop forcer au début. Je crois que nous nous sommes bien améliorés dans ce domaine. Ces pratiques, qui étaient dispensées avant l’entraînement traditionnel, nous ont également permis de bien nous échauffer et d’être prêts dès le début des entraînements.

En tant que joueur, comment avez-vous accueilli les premiers matches de préparation qui sont arrivés après deux semaines d’entraînement?
Ces deux semaines étaient optimales pour nous. Nous avons pu retrouver nos habitudes sur la glace et nous remettre dans le rythme. Les matches de préparation sont importants pour emmagasiner de la confiance. Ils sont aussi l’occasion de se familiariser avec le système et avec ses nouveaux partenaires de ligne. L’idée est d’augmenter l’intensité au fur et à mesure, c’est pourquoi je pense que notre programme, avec huit matches de préparation, était le bon.


Vous avez disputé les championnats du monde à Prague en fin de saison dernière. Le temps de récupération après une si longue saison a-t-il été suffisant?
J’ai pu me reposer complètement durant trois semaines avant de me rendre à Macolin durant deux semaines pour mon école de recrues. C’était une bonne façon d’entamer la préparation estivale. J’ai ensuite retrouvé mes coéquipiers à Lugano.

Quel est votre impression sur les nouveaux venus?
Tony Martensson apporte ses qualités de leader au groupe et il est le joueur de centre dont nous avions besoin. Il remplace de manière optimale Brett McLean à ce poste. Gregory Hofmann possède un talent incroyable, il apporte de la vitesse au groupe, possède un bon tir et de bonnes qualités de travail, tout comme l’expérimenté Philippe Furrer. Les jeunes comme Giovani Morini amènent un vent nouveau et permettent d’augmenter la concurrence.